Meria
Créer un compte Se connecter
|
Meria

Staking On-Chain ou sur une Plateforme : Comment être éligible aux airdrops ?

Illustration Staking On-Chain ou sur une Plateforme : Comment être éligible aux airdrops ?

Staking On-Chain ou sur une Plateforme : Comment être éligible aux airdrops ?


Il existe deux types de staking différents : le staking on-chain et le staking sur une plateforme. Le staking on-chain consiste à déléguer ses tokens à des validateurs qui opèrent directement sur la blockchain. Le staking via une plateforme centralisée consiste à placer ses tokens via un prestataire intermédiaire qui se charge d’interagir avec la blockchain. Cette distinction entre « on-chain » et « centralisé » entraîne plusieurs différences, notamment concernant l’éligibilité aux airdrops. Dans cet article, nous vous expliquons plus en détails la différence entre une transaction « on-chain » et « off-chain », les différents moyens de conserver ses cryptomonnaies, ainsi que les 2 façons de les staker. Autant d’éléments à considérer avant tout investissement.

« On-chain » ou « Off-chain » : qu’est-ce que cela signifie  ?


« On-chain » : définition simple


L’expression « on-chain » signifie « sur la blockchain ». On parle donc de « transaction on-chain » lorsqu’un utilisateur interagit directement avec la blockchain, c’est-à-dire sans passer par un intermédiaire tel qu’une plateforme.

« Off-chain » : définition simple


L’expression « off-chain » signifie « en dehors de la blockchain ». On parle de  « transaction off-chain » quand un utilisateur passe par une plateforme tierce, un site Internet qui sert d’intermédiaire entre l’investisseur et la blockchain. Meria est une plateforme qui agit comme intermédiaire afin de rendre la blockchain plus accessible.

Déléguer ses tokens : en quoi ça consiste ?


La « délégation » consiste à confier ses tokens à un validateur, c’est-à-dire un acteur qui participe à la réalisation des transactions sur une blockchain qui fonctionne grâce à un processus de validation dit de « preuve d’enjeu » ou « Proof-of-Stake » en anglais. Ainsi, chaque détenteur de tokens peut participer à la décentralisation et à la sécurisation du réseau, tout en générant des intérêts sur ses cryptomonnaies qui sont alors immobilisées.

Conserver ses cryptos on-chain ou off-chain : quelles différences ?


Conserver ses cryptomonnaies soi-même sur un portefeuille non-custodial 


Pour réaliser des transactions directement on-chain, il est nécessaire de posséder un portefeuille crypto. C’est un portefeuille numérique, sous forme d’extension web ou d’application mobile, dont seul le possesseur assure la garde (« custody ») et la sécurité. Cela implique de conserver une « seed phrase  », constituée d’une suite de 12 ou 24 mots.

Les wallets cryptos les plus connus sont Metamask et RabbyWallet, compatibles avec la blockchain Ethereum et les blockchains dites EVM compatibles, telles que Polygon, Arbitrum, et bien d’autres. Keplr est quant à lui le portefeuille le plus utilisé au sein de l’écosystème Cosmos.

Chaque transaction réalisée sur la blockchain implique de s’acquitter de frais de transaction appelés « gas fees » ou « frais de gas » en français, plus ou moins importants selon la blockchain utilisée et la congestion du réseau à l’instant-t.

Conserver ses cryptos sur une plateforme custodial


Si un utilisateur ne souhaite pas prendre la responsabilité de la conservation de ses cryptomonnaies lui-même, il passe par un intermédiaire. On parle de « CEX », un acronyme qui signifie « Centralized Exchange » ou « Plateforme d’échange centralisée » en français.

Cette plateforme assure la conservation des fonds pour l’utilisateur qui doit uniquement mémoriser son identifiant et son mot de passe pour se connecter, comme sur un site classique. Les frais de transaction sont souvent plus importants que pour une transaction réalisée directement sur la blockchain, une prestation de service entrant en jeu.

Staking sur le site Meria ou Délégation on-chain sur les validateurs 


Staking sur le site Meria


Comme expliqué ci-dessus, en stakant vos fonds sur la plateforme Meria via votre compte client, vous cédez le custody, c’est-à-dire la « garde » et la conservation de vos actifs à la plateforme. Alors, vos cryptomonnaies ne sont pas sur votre wallet personnel, mais sur ceux de Meria. Il n’y a donc pas d'adresse unique pour chaque utilisateur.

Délégation on-chain sur les validateurs Meria


Meria propose également ses services directement on-chain, c’est-à-dire sur la blockchain, sans passer par un compte client. Nous avons en effet des validateurs qui opèrent sur différents réseaux dont la liste est disponible sur l'interface de délégation on-chain

Pour déléguer vos tokens à nos validateurs, et ainsi participer à la sécurité et la décentralisation des réseaux tout en générant des intérêts, un portefeuille crypto personnel est nécessaire, car vous interagissez depuis votre propre wallet.

Chacun peut utiliser les solutions de délégation on-chain. Cela requiert une certaine connaissance des outils, notamment des wallets afin d'éviter les erreurs. Toutefois Meria vous propose différents tutoriels afin de vous accompagner.

Staking sur Meria VS Délégation on-chain : Comment être éligible aux airdrops ?


De nombreux projets blockchain lancent leurs tokens via des airdrops. Ces distributions de jetons sont souvent attribuées aux adresses de portefeuilles qui ont staké des cryptomonnaies et qui peuvent alors les « claim », c’est-à-dire les réclamer. Pour vérifier son éligibilité, chaque utilisateur doit renseigner son adresse de portefeuille personnelle, qui permet de prouver qu’il a staké ses jetons.

Comme expliqué ci-dessus,le staking via une plateforme d’échange ne permet pas à chaque utilisateur de détenir un wallet personnel. C’est pourquoi staker ses tokens de cette manière ne permet pas d’être éligible aux airdrops.

À l’inverse, la délégation on-chain étant réalisée à partir d’un wallet personnel, et donc d’une adresse unique, l’utilisateur peut être éligible aux airdrops. Bien sûr, les conditions de distribution des tokens varient selon chaque projet, et si le staking de tokens directement on-chain est souvent un critère, cela dépend également de la quantité de jetons stakés, de la durée du staking, et de bien d’autres paramètres précisés par les projets en question. Ainsi, si la délégation on-chain via les validateurs Meria permet d’être éligible aux airdrops, elle ne le garantit pas, les conditions étant propres aux projets sous-jacents.

Qu’advient-il des tokens lorsque Meria ne redistribue pas les airdrops à ses utilisateurs ?


Dans le cas où les implications techniques ne permettent pas la redistribution des tokens aux utilisateurs, Meria ne réclame pas les airdrops. Ainsi, elle ne bénéficie pas des jetons distribués par les protocoles en question.

Staking on-chain ou sur le site Meria : récapitulatif des différences


Vous l’aurez compris, ces deux services permettent de générer des rendements grâce à ses cryptomonnaies. L’un implique un intermédiaire, l’autre non. Ainsi, les frais de transaction et les frais sur les intérêts générés diffèrent. L’éligibilité aux airdrops est possible dans un cas, et non dans l’autre. Finalement, le choix d’une solution custodial ou non-custodial dépend de vos préférences personnelles, de votre niveau de connaissance des cryptoactifs et de vos habitudes d’investissement.
Le staking : tutoriels
Investissez dès maintenant dans votre futur Créer un compte
background
Illustation bitcoin Illustation eth egld

Une seule plateforme pour gérer
tous vos investissements

Meria vous accompagne dans vos investissements en cryptoactifs

background